La construction de la maison des cerfs

 

Micki, 2005

Les cerfs sont de la marque Sylvanian Families. L’échelle est environ le 1/20, ou un peu plus grand ; elle diffère selon les meubles ou les objets, car les animaux n’ayant pas la forme des humains, il faut adapter leur environnement…

Voici le projet de la maison destinée à ma nièce Charlotte pour son anniversaire de 3 ans.

La construction

Voyons dans quel ordre et comment ont été fabriqués la maison et les meubles…

6 novembre 2005. Etat de la maison environ deux semaines après le début des travaux

Le parquet est gravé directement dans la planche du sol de la maison, avec un cutter puis une épingle et enfin un clou, afin de bien marquer le creux.

Puis trois teintes différentes de vernis ont été utilisés pour une première couche (merisier, chêne foncé et chêne clair). Après ponçage, la deuxième couche est faite au “chêne clair”.

Tout est découpé à la scie à chantourner.

Le matelas est en mousse récupéré d’une housse de table à repasser.

A droite du lit, les morceaux des toilettes, prêts à être sculptés.

Les toilettes, en samba, sont sculptées au cutter et à la fraise.

Le lave-linge, encadré par le lave-vaisselle et un placard.

A droite, le futur meuble d’évier, et au centre le futur meuble suspendu. Sur celui-ci, les portes seront factices, pour éviter des manipulations fastidieuses lors des jeux.

Ces meubles sont des jouets. On recherche la solidité, et la rapidité de réalisation (parce que les enfants sont toujours pressés, et l’enfance jamais assez longue). Les meubles sont pour ces raisons en contreplaqué de 5 mm, parfois 3. Je n’utilise pas le 3 en priorité, parce qu’il est souvent d’épaisseur inégale, et d’assemblage plus délicat.

Les assemblages sont faits à la colle vinylique et renforcés par des pointes de vitrier (très fines et sans tête).

Cliquez sur les images pour les agrandir.

Avant la pose du toit, les murs extérieurs sont peints à la peinture acrylique, ainsi que le dessous du débord de toit arrière. Je n’ai pas pris cette précaution pour les autres maisons-jouets, faute de temps. L’intérêt est de faciliter le passage du pinceau. Une fois le toit monté, il est très difficile de peindre sous le toit arrière sans toucher la face qui ne doit pas être de la même couleur (le débord de toit est blanc, et le mur jaune ou beige…).

Puis le toit est assemblé.

Le pan arrière est fixe. Il est collé et cloué, comme les murs.

J’ai choisi pour cette maison une charnière à piano. Le pan de toit avant aurait été trop lourd pour une charnière faite d’une simple bande de tissu.

Les copeaux témoignent qu’il a fallu retailler la cloison au cutter pour ajuster le positionnement du pan de toit avant.

18 novembre. La charnière est posée contre la face interne du pan de toit avant, et contre la face externe du pan de toit arrière.

Les vis sont trop longues : elles traversent le toit. Elles seront arasées avec un disque (généreusement prêté par un modéliste) monté sur la mini-perceuse (sur la maison d’Emilie, j’avais recouvert les extrémités malvenues des vis avec de la pâte à bois).

Le toit ouvert repose sur la cheminée. Celle-ci est haute, afin que le toit, qui est lourd, repose en position quasi-verticale et soulage les efforts de la cheminée.

On notera que la base de la face externe du toit est “inutilement” peinte en blanc. Ce badigeonnage a été fait en même temps que l’autre face était très utilement peinte en blanc. Peindre les deux faces en même temps évite que la planche se déforme.

 

Cliquez sur les images pour les agrandir.

Charlotte découvre sa maison.